Pourquoi prendre Enterol® ? Indications et usage

L’Enterol® est un médicament probiotique à base de levure Saccharomyces Boulardii aux propriétés antidiarrhéiques.

 

Enterol : genèse 

Séjournant au Vietnam dans les années 1920 en pleine épidémie de choléra, le microbiologiste français, Henri Boulard, a mis en relation la diminution des symptômes de diarrhée et la consommation de décoctions à base de pelures de litchis et de mangoustans. En 1920, le docteur Boulard décide de breveter cette levure sous son nom, Saccharomyces Boulardii, et de la commercialiser dès 1923 sous l’appellation d’Ultra-levure®.

 

Propriété de la levure 

Cette levure a la particularité de se développer à température élevée (37°c) par rapport aux levures habituellement utilisées en brasserie ou en boulangerie, d’où l’appellation « Ultra ». L’Ultra-levure® sera utilisée dans un premier temps pour soigner les diarrhées infantiles dans les années 1950, mais sera très vite associée à la prise d’antibiotiques pour prévenir des diarrhées induites par le déséquilibre du microbiote intestinal provoqué par la prise de ces antibiotiques. La levure S.Boulardii est commercialisée sous forme lyophilisée et est obtenue par cryodessication (lyophilisation) en présence de lactose ; ce procédé permet à la levure de reprendre vie au contact du suc intestinal et donc de regénérer le microbiote au niveau du gros intestin et de l’intestin grêle. Les autres composants sont : lactose, fructose, silice colloïdale anhydre, arôme tutti frutti.

 

Quelle utilisation ?

Dans une flore intestinale en bonne santé, il y a un équilibre entre les bonnes et les mauvaises bactéries. Si cet équilibre est rompu, les symptômes tels que la diarrhée peuvent se produire. L’Enterol® est principalement prescrit lors de la diarrhée aigüe chez l’enfant jusqu'à 12 ans en complément de la réhydratation orale. C’est une pathologie pédiatrique fréquente qui nécessite une surveillance accrue pour éviter la déshydratation chez l’enfant. En effet, la perte en eau et donc en électrolytes est importante lors de ces diarrhées ; il est donc fortement conseiller de donner fréquemment en petite quantité une solution à base de sels minéraux (ORS : oral rehydratation solution/solution de réhydratation) comme complément à la réhydratation, en parallèle de la prise d’Enterol® en sachets (poudre pour suspension buvable) qui peut soit être dilué dans un verre d’eau, soit incorporé au lait du biberon après l’avoir réchauffé. 


L’Enterol® peut être également pris lors de séjour à l’étranger pour éviter la tourista. Pour rappel, la tourista, ou diarrhée du voyageur, est une maladie bénigne qui touche 60 à 80% des voyageurs qui séjournent dans des régions dont le niveau hygiénique est faible. La principale bactérie responsable est l’Escherichia Coli entérotoxinogène (toxique pour l’intestin). Pour se protéger de cette maladie, il suffit de respecter quelques règles d’hygiène : se laver les mains avant chaque repas, boire de l’eau en bouteille fermée, éviter les glaçons, éplucher soi-même ses fruits et légumes, privilégier les fruits et légumes cuits.


Dans le cadre des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) qui comprend, entre autres, la maladie de Crohn, on a observé une dysbiose (déséquilibre de la flore intestinale) au niveau de l’iléon terminal et du colon. Il est donc conseillé de réensemencer correctement cette partie du microbiote en prenant de manière chronique des probiotiques tel que l’Enterol® en plus des mesures d’hygiène alimentaire.


L’Enterol® est également indiqué dans le traitement des diarrhées induites par la bactérie Clostridium difficile (bacille gram positif, anaérobie et sporulé). Les spores de ce bacille sont responsables de l’entérocolite pseudomembraneuse dont les symptômes sont des diarrhées aiguës contenant des glaires et parfois du sang, souvent consécutives à la prise d’antibiotiques ou à un séjour à l’hôpital (infection nosocomiale). Le diagnostic sera établi suite à une coproculture dans laquelle on retrouvera des toxines A et/ou B de C. difficile. Le traitement de cette entérocolite est donc d’arrêter l’antibiotique initial responsable de la perturbation du microbiote et d’administrer un nouvel antibiotique-cible associé à de l’Enterol®.